Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

TradingKrach boursier imminent ?

EDIT de 15h30 : La Commission européenne vient de rejeter le budget italien !   L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 23 au 25 octobre 2018. Le mouvement baissier sur les indices européens analysé via les précédentes analyses et séances en direct s’est une nouvelle fois accéléré ce matin. Aujourd’hui, je vous propose de faire un point complet sur la situation, tant elle peut préoccuper. De nouveaux facteurs s’ajoutent aux précédents leviers baissiers. L’un...
4 mois ago119018 min

EDIT de 15h30 : La Commission européenne vient de rejeter le budget italien !

 

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 23 au 25 octobre 2018. Le mouvement baissier sur les indices européens analysé via les précédentes analyses et séances en direct s’est une nouvelle fois accéléré ce matin. Aujourd’hui, je vous propose de faire un point complet sur la situation, tant elle peut préoccuper. De nouveaux facteurs s’ajoutent aux précédents leviers baissiers. L’un des plus remarquables est l’ouverture à Riyad ce mardi d’un forum sur l’investissement (le “Future Investment Initiative”) auquel un grand nombre de dirigeants étrangers et chefs d’entreprises refusent de se rendre. En cause : l’affaire Khashoggi. Nous en avons déjà parlé en séance, mais un journaliste saoudien (Jamal Khashoggi) a été tué à l’intérieur du consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul. Cet activiste se montrait régulièrement critique envers le régime saoudien et les accusations occidentales se font de plus en plus lourdes. Bien que la ligne de défense de Riyad (très maladroite, d’ailleurs) soit de protéger le plus possible le prince héritier Mohammed Ben Salman, ce dernier serait clairement le commanditaire de cet assassinat.

 

En somme, de quoi raviver les tensions géopolitiques et agir à la baisse sur les cours de l’or noir. Le Brent, par exemple, revient tester son support psychologique des 78$. Ce levier boursier n’est pas le seul à inquiéter les opérateurs en ce début de semaine. Les places asiatiques n’ont pas su prolonger la tentative de rebond. L’indice Shanghai Composite a notamment vécu hier sa plus forte hausse depuis mars 2016 avant d’encaisser un recul de 2,3% environ ces dernières heures. Même son de cloche pour la Bourse de Tokyo qui encaisse une baisse de 2,7%. Localement, les investisseurs s’inquiètent du manque d’avancées dans les négociations entre le géant chinois et les Etats-Unis, vis-à-vis de la guerre commerciale menée par Donald Trump. Et ce, alors que les résultats trimestriels d’entreprises locales se sont montrés globalement satisfaisants. Par contagion, nos indices européens suivent la même direction depuis ce matin. Comparativement, les résultats des entreprises du Vieux Continent ne sont pas brillants : la guerre commerciale semble faire ses premières victimes. Côté européen, les publications de bénéfices inférieurs aux attentes sont légèrement plus nombreuses que prévu par le marché. C’est inédit depuis le quatrième trimestre 2014. Certes, la saison de publication n’est pas terminée mais la tendance n’est pas bonne, pour le moment.

 

Au bras de fer entre les deux géants commerciaux américain et chinois s’ajoutent donc les pressions diplomatiques envers l’Arabie Saoudite. Un épisode qui n’est pas sans nous rappeler le dossier turc de cet été et ses répercussions géopolitiques, économiques et boursières. Le Président turc Recep Tayyip Erdogan vient d’ailleurs de s’exprimer devant le Parlement en mentionnant que le meurtre de Khashoggi était “planifié des jours à l’avance”. L’intéressé se base sur l’enquête de la police turque et demande au régime saoudien de désigner les responsables de cet acte, quel que soit leur rang dans la dynastie des Saoud. Pour être exhaustif, les investisseurs attendent également de voir comment les négociations entre Rome et Bruxelles vont évoluer. Hier matin, nous évoquions avec Frédéric lors de notre séance commune, la petite tentative de rebond sur les indices boursiers européens suscitée par le signal de détente envoyé par la coalition italienne. Bien qu’elle ait maintenu inchangées ses prévisions de déficit budgétaire pour 2019 à 2,4% du PIB, elle a surtout assuré qu’il n’y avait “aucune chance” que le pays sorte de l’UE, esquivant donc ponctuellement le scénario maudit par les investisseurs. Dans cette même thématique de (dé)construction européenne, n’oublions pas que la possibilité d’un “no deal” entre l’UE et Londres reste dans tous les esprits, suite à l’échec du sommet de la semaine dernière.

 

Le contexte est donc bien sombre ! A quoi pourraient se raccrocher les investisseurs pour retrouver un peu de confiance ? Quelques rares éléments cette semaine sont à mentionner : les résultats trimestriels de certaines GAFA comme Amazon, Alphabet (Google) ou encore Microsoft. Le cas d’Intel sera également surveillé, en parallèle des chiffres du PIB américain pour le troisième trimestre (vendredi à 14h30) et de la conférence de presse de Mario Draghi (jeudi à partir de 14h30). Concernant ce dernier élément, je lance un appel à la prudence compris entre 14h et 15h30. Par habitude, je sortirai toutes mes opérations ouvertes sur indices européens à cette occasion et je ne traderai pas l’euro pendant ce créneau. J’aurai l’occasion de faire le point sur cette conférence de presse lors de ma séance de jeudi soir, à partir de 19h15. Plus largement, la volatilité actuelle sur les marchés indiciels et les majeures du Forex m’invite clairement à déconseiller toute prise d’initiative, tout trade, auprès des investisseurs débutants. En effet, ce sont des semaines à fuir pour les néophytes. L’adage habituel est bon à rappeler : “Ne pas trader, c’est aussi trader !”.

DAX30 : Représentation en unité de temps hebdomadaire (Heikin Ashi)

Suivi des scénarios de Trading présentés ces derniers jours

 

Point technique :

Le contexte général est sombre et peut laisser craindre qu’un krach boursier se forme sous nos yeux, alors que l’indice allemand évolue sur des niveaux inédits depuis janvier 2017. Quand on évoque une telle possibilité, on ne peut clairement pas se contenter de présenter une trame de court terme ! Aussi, je vous propose que l’on prenne un peu de hauteur avec cette analyse réalisée en unité de temps hebdomadaire. Elle vient appuyer le propos défendu hier matin lors de notre séance commune avec Frédéric. Une épaule-tête-épaule majeure s’est donc formée en unité de temps hebdomadaire sur le DAX30. La ligne de cou semble rompue et depuis ce matin, la Moyenne Mobile Simple de période 200 (ligne bleu sur le graphique) qui servait ces dernières séances de support dynamique semble également brisée. En cas de maintien de cette forte pression baissière, quels pourraient être les gros supports à venir ? Donc en partant du principe qu’aucun élément n’arriverait à rassurer les investisseurs dans les prochaines séances. Dans ce contexte de validation du mouvement de panique, ou plus clairement de krach boursier, cinq gros supports sont à évoquer pour cette analyse de moyen terme.

 

Tout d’abord, les 50,0% de Retracement de Fibonacci de moyen terme, sur les 11 150 points. Ces derniers ont été placés en unité de temps hebdomadaire entre le plus bas de la semaine du 7 février 2016 et le plus haut de la semaine du 21 janvier 2018. Par extension, le support psychologique des 11 000 points semblerait à portée de main. Les 61,8% de Retracement de Fibonacci sur les 10 570 points constitueraient l’obstacle suivant avant de valider l’objectif théorique de l’ETE. Ce dernier est simplement établi via la règle de la balançoire (symbolisée par les deux rectangles oranges). L’objectif apparaît sur les 10 380 points. Arrive enfin le support extrêmement psychologique des 10 000 points. Un tel scénario serait invalidé de mon point de vue en cas de retour au-dessus des 38,2% de Retracement de Fibonacci, et surtout en cas de rebond nous poussant au-delà des 12 000 points. Mais … il va falloir trouver de bonnes justifications techniques et/ou fondamentales le permettant ! Et pour l’heure, ce n’est pas gagné tant que Mario Draghi n’aura pas pris la parole. A suivre !

 

Niveaux techniques en W1 :

  • Résistance 3 : 12 765
  • Résistance 2 : 12 440
  • Résistance 1 : 12 000
  • Frontière technique : 11 725
  • Support 1 : 11 150
  • Support 2 : 11 000
  • Support 3 : 10 570

 

Pour aller plus loin :

 

Dorian Abadie
Directeur Trading FWA

 

Article rédigé le mardi 23 octobre 2018.

 

Disclaimer :

FWA informe les participants que les informations contenues dans cet article ne constituent pas, en aucune manière, une sollicitation ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. Toute utilisation par les participants des informations contenues dans cet article, et à cet égard toute décision que ces lecteurs viendraient à prendre relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente, sont sous la responsabilité exclusive des lecteurs, qui le reconnaissent et l’acceptent préalablement à leur lecture.

Related Posts