Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

TradingRound 4 ! Séance critique

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 13 au 15 novembre. Ce lundi était férié aux Etats-Unis, à cause du Veterans Day. Wall Street était malgré tout ouverte mais les échanges s’y sont avérés assez limités. Les opérateurs boursiers se sont concentrés sur les variations du baril de pétrole mais surtout sur le dossier italien dont je vous parle régulièrement ! En théorie, l’Italie a jusqu’à ce 13 novembre pour présenter un nouveau projet de...
8 mois ago80519 min

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 13 au 15 novembre. Ce lundi était férié aux Etats-Unis, à cause du Veterans Day. Wall Street était malgré tout ouverte mais les échanges s’y sont avérés assez limités. Les opérateurs boursiers se sont concentrés sur les variations du baril de pétrole mais surtout sur le dossier italien dont je vous parle régulièrement ! En théorie, l’Italie a jusqu’à ce 13 novembre pour présenter un nouveau projet de budget pour 2019, à Bruxelles. A ce stade, aucune nouvelle copie n’a été envoyée, accentuant ces dernières heures la baisse sur les indices européens et sur l’euro, comme analysé lors du live de dimanche soir.

 

A titre personnel, je vais travailler par précaution avec de faibles volumes aujourd’hui et demain, sur ces sous-jacents. Le bras de fer n’en est logiquement qu’à ses débuts entre les puissances européennes, suite au rejet du 23 octobre dernier de la première version du budget italien par Bruxelles. Pour rappel, la commission européenne reproche à Rome de tabler sur un déficit public de 2,4% du PIB pour 2019 alors que la précédente estimation (avant les élections de mars) visait les 0,8%. L’Italie est confrontée au plus haut taux d’endettement en Europe : 131% de son PIB. Mais surtout, depuis jeudi dernier, Bruxelles a annoncé ses propres prévisions économiques et table de son côté sur un déficit public italien à 2,9% en 2019 et sur une croissance nationale d’1,2% contre 1,5% selon Rome. Or, c’est sur ce dernier chiffre que le gouvernement Conte a fondé l’intégralité de son budget prévisionnel. Depuis la crise de 2008, la croissance annuelle italienne n’arrive plus à dépasser les 1%. Et elle n’est en moyenne que de 0,45% par an depuis le lancement de l’euro, soit un point de moins que la moyenne des voisins européens. C’est dans ce contexte très spécial que s’est construit le scepticisme de Bruxelles, face à la coalition antisystème italienne.

 

Reste à savoir si les places financières pourront faire plier le gouvernement Conte. En effet, l’Italie emprunte sur les marchés à des taux très élevés : l’écart entre son taux à dix ans et celui de l’Allemagne oscille autour de 300 points de base. De janvier à avril, cet écart était en moyenne de 130 points. En d’autres termes, les investisseurs sont en train de tacler lourdement l’Italie tout en lui signifiant une large perte de confiance. Et ce ne pourrait être qu’un début, surtout si la solution politique via Bruxelles ne mène à rien. La commission européenne rendra le 21 novembre son point de vue définitif sur les budgets 2019 de tous les pays de la zone euro. L’institution pourrait temporiser en alertant seulement sur le caractère excessif de la dette italienne pour ne pas égratigner un gouvernement qui défend ce qu’il nomme un “budget du peuple” à quelques mois des élections européennes. Ce serait une manière polie de reconnaître la défaite politique de Bruxelles et de laisser les marchés juges, quitte à ce qu’ils soient bien plus sévères ! Dans ce contexte, l’euro pourrait continuer de s’affaiblir. Parallèlement, le dollar est à son plus haut niveau depuis juin 2017 face à un panier de six devises internationales majeures, accentuant les récentes baisses des indices américains. Et pour cause : un dollar plus cher rend les produits américains plus onéreux et donc … moins attractifs sur la scène internationale.

 

Faute d’avancée sur le dossier italien dans les prochaines heures et séances, donc sans découvrir des signaux favorables à l’apaisement, je continuerai de valider l’analyse présentée dimanche soir en séance sur le DAX30 et EURUSD. Si besoin, je la mettrai d’ailleurs à jour lors de la séance de ce soir, à 19h15. Mais ce n’est pas tout ! Car en plus du dossier italien, les investisseurs doutent de plus en plus de la capacité de la Première ministre britannique Theresa May à obtenir une validation du parlement et de Bruxelles sur un accord de sortie de l’Union européenne. Le risque boursier actuel est donc clairement focalisé sur la politique européenne. Dans ce contexte, et comme indiqué en séance, je ne souhaite pas rester en overnight entre mardi et mercredi sur les indices occidentaux. Non seulement à cause du dossier italien, mais aussi parce-que la production industrielle chinoise (pour le mois d’octobre) et la croissance japonaise (troisième trimestre) seront publiées dans le courant de la nuit.

 

Enfin, j’aimerais attirer votre attention sur deux entreprises américaines à surveiller d’ici la fin de semaine tant elles ont agité les marchés hier : Goldman Sachs et Apple ! Le premier géant évoqué a vécu hier sa pire séance depuis sept ans en reculant de près de 7,5%. En effet, la banque est empêtrée dans un scandale en Malaisie où l’Etat réclamerait selon Bloomberg le remboursement de l’intégralité des frais payés à Goldman dans le cadre d’un énorme scandale de détournement financier via le fonds d’investissement public 1MDB. Un ancien premier ministre malaisien, Najib Razak, serait également impliqué dans cette affaire. Vous avez peut-être entendu parler de ce scandale l’an dernier, lorsque Leonardo DiCaprio était accusé d’avoir participé à cette “petite fête”. J’indique une source des Echos en bas de page.

 

Parallèlement, il faudra surveiller Apple ! En effet, les investisseurs sont très sensibles aux fluctuations de cette GAFA qui à elle seule peut renverser la tendance boursière à Wall Street. En parallèle de Goldman, Apple a cédé hier plus de 5% suite à un communiqué de l’un de ses principaux fournisseurs : Lumentum. Ce dernier a indiqué une baisse des livraisons de la part de “l’un de ses principaux clients”, sans le mentionner clairement. Peu de doutes là-dessus, il s’agirait bien d’Apple qui représente près d’un tiers des revenus de ce sous-traitant. Les opérateurs boursiers s’inquiètent ici quant à la chaîne d’approvisionnement qui subit la baisse de demande des produits Apple. Les spéculations sur le ralentissement de l’activité du géant sont donc très importantes, suite à ses résultats trimestriels publiés début novembre et jugés en demi-teinte. En particulier pour ses prévisions de croissance. Le groupe a perdu près de 12% en Bourse depuis le début du mois, repassant sous le cap symbolique des 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

DAX30 : Représentation en unité de temps H4 (Heikin Ashi)

Suivi des scénarios de Trading présentés ces derniers jours

 

Point technique :

Comme indiqué lors du précédent live, je ne travaillerai pas sur le DAX30 avant la fin de matinée, par précaution. Le contexte reste tendu et favorable aux scénarios baissiers présentés ces derniers jours. En cas de maintien de la pression vendeuse dans les prochaines séances, trois principaux objectifs se présentent sur les 11 210, 11 160 et 11 075 points. Je ne cherche pas forcément à avoir pour Take Profit chacun de ces niveaux, mais plutôt à profiter de variations de plusieurs dizaines de points (voir historique ci-dessus) en appliquant la stratégie des Heikin Ashi en unité de temps M30 pour définir mes points d’entrée et mes Stop Loss. Nous le voyons régulièrement en direct. De plus, je continue de travailler uniquement à la baisse sous les 11 500 points. En plus de constituer une importante résistance psychologique, ce niveau est désormais celui de la SMA(200) en unité de temps hebdomadaire. La pression vendeuse est de retour mais pourrait vite se retourner en cas d’issue favorable entre Rome et Bruxelles. Pour le moment, ce scénario paraît assez peu probable. Malgré tout, je chercherai à appuyer deux fois moins fort sur mes volumes DAX30 aujourd’hui (mardi), par rapport à la séance d’hier. En effet, je ne souhaite pas rester en overnight cette nuit, comme indiqué dans l’analyse. Mais surtout, je me méfie grandement des petites déclarations-choc qui pourraient tomber à tout moment : côté italien comme britannique ! Bien sûr, nous ferons le point sur le DAX30 lors de la séance de ce soir.

 

Niveaux techniques en H4 :

  • Résistance 3 : 11 695
  • Résistance 2 : 11 600
  • Résistance 1 : 11 540
  • Frontière technique : 11 500
  • Support 1 : 11 445
  • Support 2 : 11 370
  • Support 3 : 11 300

 

Pour aller plus loin :

 

Dorian Abadie
Directeur Trading FWA

 

Article rédigé le mardi 13 novembre 2018.

 

Disclaimer :

FWA informe les participants que les informations contenues dans cet article ne constituent pas, en aucune manière, une sollicitation ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. Toute utilisation par les participants des informations contenues dans cet article, et à cet égard toute décision que ces lecteurs viendraient à prendre relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente, sont sous la responsabilité exclusive des lecteurs, qui le reconnaissent et l’acceptent préalablement à leur lecture.

Related Posts