Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

Marketing relationnelTigre ou zèbre ? Embarquez pour un safari pédagogique sur les terres du marketing relationnel !

Le tigre et le zèbre possèdent tous deux des rayures. Cependant, l’un pourrait vous être nocif et l’autre se contentera de manger l’herbe qui se trouvera près de lui. Cette analogie est là pour comprendre une notion extrêmement importante : Deux modèles qui fonctionnent grâce au bouche à oreille et au parrainage ne sont pas forcément identiques et ne servent pas les mêmes fins. Les entreprises légales opérant par le marketing relationnel ou « multi level marketing »...
9 mois ago79220 min

Le tigre et le zèbre possèdent tous deux des rayures. Cependant, l’un pourrait vous être nocif et l’autre se contentera de manger l’herbe qui se trouvera près de lui.

Cette analogie est là pour comprendre une notion extrêmement importante :

Deux modèles qui fonctionnent grâce au bouche à oreille et au parrainage ne sont pas forcément identiques et ne servent pas les mêmes fins.

Les entreprises légales opérant par le marketing relationnel ou « multi level marketing » sont confondues par une partie du public avec les entreprises illégales, dites pyramidales ou « chaines de Ponzi ».

Le but de cet article est de vous faire comprendre les différences fondamentales entre ces structures pour que vous puissiez distinguer les moments où vous allez devoir fuir et ceux où vous pourrez prêter une oreille attentive.

 

Afin de vous prémunir contre les systèmes néfastes, parlons d’abord des « Ponzis ».

Ils tirent leur nom de Charles Ponzi qui, dans les années 1920, s’est rendu célèbre pour avoir monté une escroquerie de ce type.

Un autre exemple très connu du grand public concerne Bernard Madoff, un homme d’affaires américain qui a escroqué pendant plus de 40 ans de nombreux particuliers et professionnels.

Ces systèmes sont basés sur un principe simple : toucher un maximum de bénéfices en se servant pour cela de la naïveté et de la cupidité des personnes qui rejoignent ces structures.

 

On retrouve certaines caractéristiques communes à chacun de ces systèmes illégaux qui font office de véritables drapeaux rouges.

 

  • Les promesses de rendement

Quel est le meilleur moyen d’obtenir quelque chose de quelqu’un, surtout lorsqu’il est question d’argent ? Il « suffit » de faire croire à cette personne que ce qu’elle donne lui sera rendu en double, en triple, au centuple…

Les systèmes illégaux n’hésitent donc pas à vendre un maximum de rêve en promettant des rendements fixes et bien souvent colossaux. Vous trouverez des plans de rémunération ou pack d’investissements apparaissant sous les formes suivantes.

« Payez 10€ par mois et recevez 10% chaque semaine, payez 50€ par mois et recevez 50% par semaine, payez 1000€ en une fois et recevez 25% par mois pendant 24 mois »

Ces chiffres ne se basent sur rien de concret et ils utilisent un biais psychologique qui permet à la victime de tenter l’expérience, juste au cas où.

Lorsqu’un malfaiteur utilise un discours de ce genre, il appuiera ces chiffres en expliquant vaguement que la somme versée sera investie sur des marchés sûrs et il utilisera souvent un vocabulaire qui donnera l’impression que l’affaire est légitime.

En matière d’investissements il n’existe absolument aucun rendement garanti, le meilleur moyen de s’en sortir sur le long terme est de faire preuve de rigueur et de gérer intelligemment le capital à disposition.

 

  • L’absence de produits ou de services

Vous versez alors une petite somme car ces promesses de rendements vous ont mis l’eau à la bouche.

Qu’obtenez-vous dans l’immédiat ? Rien.

En effet, les systèmes pyramidaux ne commercialisent aucun produit ou aucun service de valeur ; vous allez simplement effectuer une sorte de pari.

Ainsi, si on vous propose d’investir afin de payer un produit qui sortira dans les prochains mois et que vous le recevrez à sa sortie, méfiez-vous. Le cas de « GetEasy » qui promettait à ses investisseurs que l’argent servait à précommander des packs de GPS qui seraient disponibles dans plusieurs mois est un cas d’école.

Si le « service » commercialisé est par exemple un accès à une plateforme où il s’agit simplement de cliquer sur des bannières publicitaires, bien souvent il s’agit également d’un faux service ne créant aucune valeur et servant juste d’écran pour l’escroquerie.

 

  • Des commissions de provenance douteuse

Malgré les promesses de rendements et l’absence de produits et/ou de services, vous avez décidé de verser une somme et, à votre grande surprise et en dépit des avertissements précédents, vous recevez dans les jours suivants un rendement correspondant aux promesses initiales !

D’où peut provenir cet argent ?

Dans les systèmes illégaux, cette somme qui vous sera reversée ne proviendra pas de la création de valeur liée à une consommation mais elle proviendra tout simplement du portefeuille d’autres « clients » lésés qui auront eux aussi décidé d’injecter une petite somme. L’illusion est parfaite et vous serez alors convaincu(e) du bien fondé de cette société.

Mieux encore, la personne qui vous a demandé le versement initial vous dit maintenant que vous pourriez gagner plus si vous lui ameniez de nouvelles personnes qui feraient le même investissement que vous.

Enorme drapeau rouge, vous vous apprêtez à faire tourner l’escroquerie.

En effet, aucun service ou aucun produit n’est acheté par ces personnes qui « donnent » simplement de l’argent en pensant réaliser une affaire. Cet argent vous est en partie versé et une partie va dans les poches de la personne qui vous présente « l’affaire », puis les nouvelles personnes vont elle aussi se mettre à chercher de nouveaux « clients ». Il y a simplement un transfert des fonds de la « base » vers le « sommet », d’où l’appellation de « pyramide ». Les personnes au sommet reçoivent tout simplement l’argent des nouveaux entrants. Mais jusqu’où cela peut-il aller ?

Il est nécessaire pour la survie de l’escroquerie que l’argent continue d’affluer en direction du sommet et qu’il ne soit pas directement à la portée des personnes qui ont dû donner leur argent.

Ainsi, certaines structures illégales se servent d’intermédiaires de paiement tels que d’obscures banques en ligne ou un système de cartes prépayées qui stockent les « commissions » au fur et à mesure.

Là encore, drapeau rouge, car bien souvent vous ne pourrez pas récupérer vos fonds « tout de suite » ou vous ne recevrez pas la dite carte avant plusieurs mois.

La raison de ces retards est tout simplement que la structure doit continuer de toucher de plus en plus de clients, et donc d’argent, avant de pouvoir rémunérer les premiers arrivants.

Mais lorsque toutes les personnes présentes décident de « retirer » leurs bénéfices, la structure ne donne plus de signe de vie, les fonds sont dans les poches des malfaiteurs et il est alors impossible de les récupérer.

Les promesses trop belles sont impossibles à tenir, les rendements promis initialement sont mathématiquement impossibles à reverser et c’est à ce moment que l’escroquerie est percée à jour.

 

Pour résumer, voici une liste des choses à vérifier avant de sortir votre carte bleue si quelqu’un vous démarche.

  • Est-ce que votre dépense correspond à l’achat d’un produit ou d’un service tangible ?
  • Y’a-t-il eu des promesses de rendements ?
  • D’où proviennent les fonds qui pourraient m’être reversés ?

 

« Et donc, dans l’idéal ? »

Il est fréquent lorsque l’on débute de confondre les systèmes illégaux et les entreprises légitimes ; notamment car la première catégorie imite la deuxième en se camouflant parfois derrière un faux produit sans réelle valeur.

Les entreprises légitimes qui choisissent d’opter pour un développement basé en partie ou entièrement sur le marketing relationnel se contentent de récompenser en produits ou en avantages financiers les clients ayant fait le choix de devenir des distributeurs

Ces avantages proviennent d’une consommation légitime et de la création de valeur suite à l’achat réel d’un produit ou service réalisé par les clients générés par le distributeur initial.

Par exemple, pour 1 000€ de chiffre d’affaires généré par le distributeur, 100 ou 150€ seront reversés à ce dernier mais ce chiffre d’affaires provient d’achats qui ont permis aux clients d’obtenir un bénéfice produit, à la manière d’un contrat de sponsor ou d’apporteur d’affaires.

Ce chiffre d’affaires doit être réalisé en faisant la promotion d’un produit ou d’un service, pas d’une promesse de rendement. Il doit provenir de clients légitimes, pas du recrutement d’autres distributeurs.

Le marketing relationnel est un canal de distribution, un choix stratégique qui permet à certaines entreprises de croitre et de prospérer. Les conditions de cette croissance sont simples, il faut simplement que les distributeurs soient focalisés sur la recherche de clients et que l’entreprise encourage les bonnes pratiques. La réussite dans ces structures dépend d’un travail constant et intelligent, basé sur de réelles compétences en communication, en commerce et en management. Cela pourrait-être le sujet d’un prochain article !

Un système pyramidal est illégal car il n’y a qu’un échange d’argent de main à main basé sur le recrutement de partenaires, sans contrôle, sans produits ni services et un fonctionnement opaque. Ces systèmes ruinent la réputation des entreprises légales et ne peuvent durer dans le temps parce qu’ils récompensent l’avidité et la cupidité des gens, avant de les léser.

 

Pour aller plus loin, voici les quelques références des articles qui parlent de la société Geteasy dont nous parlions précédemment.

https://www.boursier.com/actualites/economie/arnaque-financiere-comment-get-easy-a-piege-plus-de-300-000-personnes-27759.html

http://www.lefigaro.fr/argent/2015/04/22/05010-20150422ARTFIG00140-une-arnaque-aux-investisseurs-fait-plusieurs-dizaines-de-milliers-de-victimes-en-france.php

 

 

Gaultier Hazoumé,
Entrepreneur et Responsable Marketing Relationnel FWA