Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

TradingLe point sur une situation critique !

La situation turque continue de préoccuper les investisseurs. Je l’avais évoqué lors de ma dernière analyse. La devise nationale a perdu environ 23% en 2 jours mais connaît un petit répit aujourd’hui. Au moment de l’écriture de ce mémo, elle rebondit d’environ 6% face au dollar américain, pour la séance de ce mardi 14 août. En effet, la banque centrale turque a tenté hier de rassurer les investisseurs via plusieurs annonces. Tout d’abord, les banques...
9 mois ago116412 min

La situation turque continue de préoccuper les investisseurs. Je l’avais évoqué lors de ma dernière analyse. La devise nationale a perdu environ 23% en 2 jours mais connaît un petit répit aujourd’hui. Au moment de l’écriture de ce mémo, elle rebondit d’environ 6% face au dollar américain, pour la séance de ce mardi 14 août. En effet, la banque centrale turque a tenté hier de rassurer les investisseurs via plusieurs annonces. Tout d’abord, les banques turques sont assurées (officiellement) d’être approvisionnées en liquidités pour garantir leur stabilité. “Toutes les mesures nécessaires” seront prises selon la banque centrale. Environ 6 milliards de dollars et l’équivalent de 3 milliards en or de liquidités seraient versés dans un premier temps. Elle a également rehaussé les taux de réserves obligatoires pour les banques du pays afin d’éviter à court terme un problème de liquidité.

 

Malheureusement, ces annonces ne règlent en rien les problèmes structurels du pays que j’évoquais dans mon précédent article, ni les tensions géopolitiques entre Ankara et Washington suite à l’arrestation et la détention du pasteur américain Andrew Brunson. Ces tensions sont plus fortes que jamais, en témoignent les propos du Président Erdogan lors d’un discours prononcé hier devant les ambassadeurs du pays : « D’un côté, vous êtes avec nous dans l’OTAN et, de l’autre, vous cherchez à frapper votre partenaire stratégique dans le dos. Une telle chose est-elle acceptable ? ». Erdogan a également menacé l’Occident de changer de partenaires commerciaux et d’alliés militaires, si les attaques spéculatives imputées à Washington perdurent. Toujours est-il que la crise monétaire est violente et le risque de contagion vers l’Europe (tant pour l’euro que pour notre système bancaire) reste dans tous les esprits.

 

En plus des graves enjeux structurels du pays, les investisseurs reprochent trois éléments centraux à Erdogan. Tout d’abord, son énorme influence sur l’économie turque. Après les élections du 24 juin, l’intéressé a nommé son gendre Berat Albayrak à la tête d’un super-ministère des Finances. En le nommant, les favoris des marchés financiers ont été de facto écartés. Petit à petit, leur confiance envers Erdogan s’est détériorée. Deuxième aspect : le Président refuse de rehausser les taux d’intérêt en Turquie. Pourtant, ce serait une solution classique afin de soutenir la livre turque et de réguler l’inflation énorme du pays (+16% en rythme annuel, de juillet 2017 à juillet 2018). La banque centrale ne semble pas du tout indépendante et agit selon la volonté d’Erdogan, fortement hostile à une telle pratique. Selon lui, les taux d’intérêt seraient “le père et la mère de tous les maux”. Troisième sujet, déjà évoqué : les tensions avec Washington.

 

Pour rappel, ces dernières se sont fortement dégradées suite à l’échec des négociations visant à libérer le pasteur Brunson. Ce dossier fait suite aux nombreuses demandes d’Ankara visant à extrader Fethullah Gulen : un prédicateur turc réfugié en Pennsylvanie et accusé par Erdogan d’être à la tête du putsch raté de juillet 2016. Les deux pays sont donc dans une impasse diplomatique. Les taxes sur l’importation d’acier et d’aluminium avaient été respectivement rehaussée de 50% et de 20% vendredi dernier par Washington, prouvant la nette dégradation des relations entre les deux pays. En plein trêve estivale, traditionnellement marquée par la faiblesse des volumes sur les marchés, la volatilité est très forte. Depuis vendredi matin, seul ce sujet semble compter aux yeux des investisseurs, laissant le calendrier économique au second plan. C’est pourquoi, je vous présente à nouveau ci-dessous mes règles de précaution et de Trading pour ces temps agités, déjà dévoilées vendredi dernier.

DAX30 : représentation en unité de temps quotidienne (Chandeliers Japonais)

 

Point technique :

Sur le DAX30, je vais me concentrer dans les prochaines heures sur le même scénario de Trading que celui présenté dans un premier temps vendredi, puis dimanche soir lors de ma dernière séance en direct. La prochaine aura lieu ce soir, mardi, à 19h15. En d’autres termes, j’attendrai demain que la fin de matinée soit passée (exactement comme aujourd’hui), pour rentrer sur le DAX30, uniquement via des opérations de Scalping (de 5 à 10 points d’amplitude) à la baisse et sous la frontière technique des 12 455 points (50,00% de Retracement de Fibonacci de moyen terme). Autrement dit, seulement si les cotations du DAX30 ne reviennent pas au-dessus avant mercredi après-midi. Si ce mouvement de panique devait se maintenir, le support majeur le plus proche fixé par les Retracements de Fibonacci est indiqué sur les 12 280 points (61,80%). Il a d’ailleurs été testé aujourd’hui pour la première fois depuis les 4 et 5 juillet derniers. Malgré tout, j’aime rappeler que les investisseurs sont comme des enfants capricieux. Ils passent d’un “jouet” à l’autre très rapidement et pratiquent facilement la politique de l’autruche. Ainsi, ma seule préoccupation est de savoir s’ils continueront demain et jeudi à se concentrer sur ce dossier critique. Dans tous les cas, je travaillerai de manière très conservatrice (sur mes volumes et objectifs), au moins jusqu’à vendredi soir.

 

Article rédigé le mardi 14 août 2018.

 

Niveaux techniques en D1 :

  • Résistance 2 : 12 635
  • Résistance 1 : 12 500
  • Frontière technique : 12 455
  • Support 1 : 12 350
  • Support 2 : 12 280

 

Pour aller plus loin :

 

Dorian Abadie
Directeur Trading FWA

 

Disclaimer :

FWA informe les participants que les informations contenues dans cet article ne constituent pas, en aucune manière, une sollicitation ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. Toute utilisation par les participants des informations contenues dans cet article, et à cet égard toute décision que ces lecteurs viendraient à prendre relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente, sont sous la responsabilité exclusive des lecteurs, qui le reconnaissent et l’acceptent préalablement à leur lecture.

Related Posts