Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

TradingRound 10 : Temps de guerre !

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 25 février au 8 mars 2019. Dans la précédente analyse, je mentionnais : “Un événement technique fort pour le DAX serait d’ailleurs le test de la grande résistance psychologique des 11 500 points. Si nous devions nous en approcher, je sortirais totalement du marché entre 11 475 et 11 525 par précaution, tant ces niveaux-clés psychologiques concentrent l’attention des opérateurs boursiers.”. Depuis le jeudi 21 février, cet objectif...
5 mois ago62122 min

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 25 février au 8 mars 2019. Dans la précédente analyse, je mentionnais : “Un événement technique fort pour le DAX serait d’ailleurs le test de la grande résistance psychologique des 11 500 points. Si nous devions nous en approcher, je sortirais totalement du marché entre 11 475 et 11 525 par précaution, tant ces niveaux-clés psychologiques concentrent l’attention des opérateurs boursiers.”. Depuis le jeudi 21 février, cet objectif majeur est désormais atteint. Il est donc grand temps de mettre à jour l’analyse qui sert de trame aux séances quotidiennes. Les grands sujets restent parfaitement d’actualité. En particulier celui de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Les investisseurs ont comme bien souvent ces derniers mois, profité des négociations entre les deux pays pour pousser les indices boursiers vers le Nord.

 

Et c’était tout le sujet des dernières séances ! L’optimisme affiché par Donald Trump et le vice-Premier ministre chinois Liu He a notamment propulsé le DAX30 vers les 11 500 points. Ou plutôt, sur les 11 475 indiqués jusqu’à présent comme ultime objectif. Attention à cet optimisme : rien n’est réglé. Pas plus aujourd’hui qu’hier. Et pour cause, la date limite du 1er mars approche à grands pas. Elle vient clôturer la période de trois mois de cessez-le feu entre les deux principales puissances économiques mondiales. Si aucun accord n’est trouvé d’ici là, Washington menace d’imposer de nouveaux droits de douane aux produits importés de Chine. De plus en plus, une prolongation semble envisager dans les rangs américains, à condition qu’elle ne “soit pas trop longue” comme l’a indiqué Trump.

 

Plus précisément, si les négociateurs ne trouvent aucun compromis, les droits de douane américains passeront de 10 à 25% pour une tranche de 200 milliards de dollars d’importations venant de Chine. Et ce n’est en rien un hasard si le DAX a connu un nouvel élan haussier jeudi dernier : le dernier round de négociation en date débutait à Washington. Il est prolongé de deux jours et se terminera ce dimanche 24 février. Je vous invite donc à surveiller dans les prochaines heures les avancées qui en découleront, via Reuters par exemple. J’aurai bien sûr l’occasion de faire le point sur la situation lors de ma séance de dimanche à 19h15. Donald Trump a estimé qu’il y avait désormais “une très bonne chance” que les prochains jours permettent d’accoucher de l’accord tant attendu et évoque déjà un possible sommet avec le Président chinois Xi Jinping en mars ou “dans un futur pas trop lointain”. Naturellement, si la date du 1er mars est respectée via l’obtention de l’accord d’ici là, un nouvel élan haussier serait à suivre sur les grands indices mondiaux, dont le DAX30.

 

Le Brexit constitue toujours l’autre grand sujet d’actualité. Les mois se suivent et se ressemblent. Ce samedi 23 février, un événement majeur (à mon avis) s’est déroulé à Londres. Trois ministres britanniques ont appelé au report du Brexit, initialement prévu pour le 29 mars, faute d’avancée concrète dans l’accord de divorce avec l’Union européenne. Je vous présentais longuement en janvier cette possibilité de report qui constituerait un signal particulièrement négatif pour les investisseurs, tant il indiquerait l’aggravation de la crise politique. En l’occurrence, les ministres de la justice, du travail et des entreprises s’opposent à la possibilité d’un no-deal entre la Grande-Bretagne et l’UE, craignant pour la stabilité économique et politique du pays. La sonnette d’alerte est donc tirée mais Theresa May ne devrait pas accepter dans l’immédiat cette possibilité.

 

La Première ministre doit surtout gérer un autre axe. Geoffrey Cox est l’attorney général du Royaume-Uni, autrement dit un avocat et un conseiller juridique de premier plan, au service de la Couronne et du gouvernement en Angleterre et au Pays de Galles. Jusqu’à présent, son avis négatif sur le backstop (autrement dit, la clause de sauvegarde dédiée à l’Irlande) avait condamné l’accord initialement présenté par May. Et pour cause, un grand nombre de députés avaient suivi la recommandation de Cox en votant contre le texte. Vous vous souvenez certainement de la pression baissière que cela avait entraîné sur les indices européens à la mi-janvier. Plus que jamais, May a besoin que Cox change d’avis en échange de nouvelles garanties juridiques. Et la partie est loin d’être gagnée ! Le pari est très risqué pour May qui table tout sur un avis positif de Cox pour inciter les parlementaires britanniques à voter en faveur d’un nouveau texte d’ici la mi-mars. Le temps presse … il ne reste en théorie que cinq semaines avant la date-butoir. Comme toujours, toute aggravation de la situation fournirait aux investisseurs un bon motif pour provoquer de vives attaques baissières sur les indices européens.

 

“Une semaine dans le Monde – Crise au Venezuela : une aide humanitaire samedi ?”

Source : France 24

 

Troisième et dernier sujet : le Venezuela. Ces derniers jours, j’ai souhaité attirer votre attention sur la déstabilisation qui frappe le pays et sur les conséquences haussières provoquées sur le baril d’or noir. Pour rappel, le Venezuela dispose des plus grandes réserves prouvées de pétrole au monde. Vendredi 22 février, deux personnes sont mortes à la frontière entre le Brésil et le Venezuela alors qu’elles tentaient d’empêcher des militaires de bloquer une route via laquelle doit être acheminée l’aide humanitaire fournie par les Etats-Unis. Caracas accuse Washington de vouloir profiter de ce prétexte pour provoquer une guerre ouverte. La tension est à son paroxysme : le Président Maduro est soutenu par la Russie et la Chine, alors que la plupart des pays occidentaux ont reconnu son opposant Juan Gaido comme le Président par intérim du pays. En réponse à l’aide acheminée par les Etats-Unis et bloquée à la frontière, Moscou a livré des médicaments et du matériel médical à Caracas. Et pour cause, le blocus économique imposé par Washington a provoqué une grave pénurie touchant plusieurs secteurs vitaux du pays, dont celui de la santé.

 

A ce stade, les conséquences boursières de ce dossier semblent se limiter aux valeurs pétrolières mais je vous invite très fortement à continuer de suivre les prochains développements tant la tension pourrait rapidement s’aggraver et devenir l’un des principaux sujets des semaines à venir. Au moment de l’écriture de cette analyse, des militaires vénézuéliens dispersent des dizaines de personnes se dirigeant vers la frontière colombienne à l’aide de gaz lacrymogènes. C’est précisément à cet endroit que serait bloquée l’aide humanitaire américaine, sous protection des troupes colombiennes. La crise diplomatique est particulièrement forte entre le Venezuela et la Colombie ; cette dernière étant proche des visées de Washington dans ce dossier. En cas d’agression américaine contre le Venezuela, la Russie a déjà annoncé vouloir saisir le Conseil de Sécurité de l’ONU. Les réactions russes seront clairement au centre des enjeux de cette nouvelle crise face aux Etats-Unis. Comme toujours, je vous mets en bas de page des sources pour creuser les points évoqués ici.

 

DAX30 : Représentation en unité de temps hebdomadaire (Heikin Ashi)

DAX30 : Représentation en unité de temps hebdomadaire (Heikin Ashi)

Suivi des scénarios de Trading

 

Point technique :

Comme indiqué en séances quotidiennes, je reste acheteur sur le DAX30 au-dessus des 11 000 points. Les différents niveaux de supports analysés ensemble ces dernières semaines constituent pour moi autant de bonnes zones pour racheter le marché. Par exemple sur les 11 410 points. Mais surtout, tant que la résistance des 11 500 points (niveau psychologique et SMA(200) en unité de temps hebdomadaire) n’est pas rompue, mes volumes resteront faibles sur le marché. Concrètement, je m’attends à appuyer environ deux fois plus sur les volumes au-dessus des 11 500 points, et bien sûr uniquement à l’achat. Quelques objectifs se présenteraient alors à moi sur les 11 535, 11 590 et 11 690 points. Je ne prétends pas qu’ils seront tous rapidement atteints car cela va grandement dépendre de l’évolution des trois grands dossiers détaillés ci-dessus.

 

Je ne grille pas les étapes : comme d’habitude, il va s’agir pour moi de les viser l’un après l’autre. Je sors du cadre de l’analyse pour indiquer ma préférence personnelle : je souhaite toujours travailler en terrain connu et balisé plutôt que sur des niveaux inédits depuis plusieurs mois. En d’autres termes, même si j’appuie assez faiblement sur les volumes, je préfèrerai prendre à nouveau les opérations détaillées sur mon historique dans les deux prochaines semaines plutôt que de revenir sur les niveaux de septembre 2018, au-dessus des 11 500 points. Dans tous les cas, je compte définir mes objectifs 10 points en dessous des niveaux de résistances détectés ensemble sur les unités de temps hebdomadaire, H4 et M30. Je ne prendrai aucune opération lundi 25 février en matinée pour observer comment les premiers volumes européens s’abattront sur les marchés suite à toutes les actualités de ce week-end particulièrement chargé. Si l’élan haussier est maintenu, c’est l’objectif des 11 590 points qui sera ma priorité, au-dessus des 11 500. Sinon, je ne ferai que des copier-coller des opérations affichées sur mon historique sous cette résistance décisive. La logique sera la même pour les séances suivantes.

 

Niveaux techniques en unité de temps hebdomadaire :

  • Résistance 5 : 12 440
  • Résistance 4 : 12 000
  • Résistance 3 : 11 725
  • Résistance 2 : 11 500
  • Résistance 1 : 11 150
  • Frontière technique : 11 000
  • Support 1 : 10 815
  • Support 2 : 10 570
  • Support 3 : 10 500
  • Support 4 : 10 200
  • Support 5 : 10 000

 

Pour aller plus loin :

 

Dorian Abadie
Directeur Trading FWA

 

Article rédigé le samedi 23 février 2019.

 

Disclaimer :

FWA informe les participants que les informations contenues dans cet article ne constituent pas, en aucune manière, une sollicitation ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. Toute utilisation par les participants des informations contenues dans cet article, et à cet égard toute décision que ces lecteurs viendraient à prendre relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente, sont sous la responsabilité exclusive des lecteurs, qui le reconnaissent et l’acceptent préalablement à leur lecture.

 

Related Posts