Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

TradingRound 7 : Une fin d’année explosive !

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 18 au 31 décembre. Cette fin d’année est particulièrement chargée pour les investisseurs ! Cette analyse est l’occasion de faire le point sur les grands sujets du moment, en complément avec les précédentes séances et rédactions. La trame générale reste très largement marquée par la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis : les semaines prochaines ne devraient pas faire exception. “Fait nouveau” dans cette confrontation :...
7 mois ago72121 min

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 18 au 31 décembre. Cette fin d’année est particulièrement chargée pour les investisseurs ! Cette analyse est l’occasion de faire le point sur les grands sujets du moment, en complément avec les précédentes séances et rédactions. La trame générale reste très largement marquée par la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis : les semaines prochaines ne devraient pas faire exception. “Fait nouveau” dans cette confrontation : le ralentissement économique du géant asiatique. Ces dernières années, les fébrilités économiques de la Chine inquiétaient régulièrement les investisseurs qui utilisaient les mauvaises données publiées pour faire baisser les indices boursiers mondiaux. La séance du vendredi 14 décembre a été largement orientée par la plus faible croissance des ventes au détail depuis 2003 et par l’augmentation la moins marquée en près de trois ans de la production industrielle chinoise.

 

Si la deuxième économie mondiale ralentit, c’est la croissance globale qui est menacée. Les marchés asiatiques ont été les premiers à marquer le coup, avec un recul de plus de 2% pour Tokyo dans la nuit de jeudi à vendredi. Par effet de contagion, nos indices européens ont donc été à nouveau touchés tout au long des dernières séances. Cette claque a sanctionné la tentative de rebond engagé depuis mardi et l’annonce de la reprise des négociations entre Chinois et Américains, malgré le dossier Huawei. Parallèlement, la crise politique au Royaume-Uni est l’un des grands dossiers de cette fin d’année. A cent jour du Brexit (29 mars 2019), la Première ministre Theresa May semble totalement bloquée. Lundi 10 décembre, l’intéressée avait reporté le vote du lendemain prévu à la Chambre des Communes, craignant que le texte validé par les 27 chefs de gouvernements et d’Etats européens soit rejeté par les députés.

 

Suite à ce décalage, son propre parti politique a organisé deux jours plus tard un vote de défiance qui a échoué au Parlement. Cette action devait pousser à la démission la Première ministre. Désormais, le vote tant attendu du texte de divorce devrait avoir lieu en janvier mais rien ne permet d’affirmer qu’il sera couronné de succès pour le pouvoir en place. De plus en plus, la possibilité d’un nouveau référendum à l’échelon national est invoqué par les médias britanniques comme l’une des rares possibilités pour sortir de cette crise qui affaiblit d’une semaine à l’autre la Première ministre. Nul ne sait se que réserveront les prochaines semaines mais si May devait être poussée à la démission et plus largement si la crise politique dure à Londres, un nouvel élan baissier pour les indices européens et la Livre Sterling serait alors provoqué sur les marchés.

 

Et c’est d’ailleurs ce que craignent bon nombre d’investisseurs suite à l’échec du sommet européen, jeudi 13 décembre. May est allée chercher le soutien des dirigeants voisins pour renégocier l’accord du Brexit et donc modifier le texte qu’elle présentera à la Chambre des Communes. Ses homologues ont refusé de retourner à la table des négociations, laissant craindre à nouveau le risque d’un “no-deal”. Pour rappel, ce divorce européen sans accord juridique est particulièrement craint car des milliers d’Européens vivant en Grande-Bretagne (et des Britanniques vivant en UE) n’auraient plus aucun statut ; nous vivrions également un retour des contrôles aux frontières. Par ailleurs, en l’absence d’accord économique, les investisseurs tacleraient les sociétés européennes en Bourse car le flou le plus total sur nos futures relations serait l’un des pires scénarios envisageables. Sans même parler de l’absence d’harmonisation dans les normes des produits alimentaires par exemple… A ce stade, le point central de discorde est celui du backstop. Il s’agit d’un filet de sécurité permettant à l’Irlande du Nord de rester dans le marché unique si aucun accord n’est trouvé avant l’échéance de la période de transition. Londres y est opposée dans la mesure où l’Irlande du Nord serait séparée du reste du pays. De son côté, l’Union européenne y est favorable et tente d’apaiser les craintes britanniques en invoquant le caractère temporaire de cette solution.

 

“Brexit : le risque du No Deal”

Source : France 24

 

C’est cette possibilité de no-deal que brandit May devant les députés britanniques pour les contraindre à accepter son accord. Comme vous le savez, il est inacceptable pour un grand nombre de députés. Voilà pourquoi un nouveau référendum pourrait permettre de sortir de l’impasse politique. Il y a encore quelques jours, personne n’osait réellement y croire mais c’est pourtant aujourd’hui une possibilité de plus en plus évoquée. May y est totalement opposée : je vous indique quelques sources en fin de page pour creuser cette question. Autre grand rendez-vous des prochains jours : la dernière réunion pour 2018 du FOMC (mercredi 19 décembre). La banque centrale américaine (“Fed”) prévoit toujours de relever ses taux d’intérêt mais elle semble de plus en plus divisée sur ses prochaines actions selon son compte-rendu qui résumait jeudi dernier sa rencontre du 8 novembre. Par ailleurs, Trump ne souhaite pas que la Fed relève ses taux, mais son avis n’est pas décisif dans cette affaire. Il a ainsi écrit sur Twitter : “Incroyable, qu’avec un dollar très fort et virtuellement aucune inflation, qu’avec un monde qui s’effondre autour de nous, Paris qui brûle et la Chine qui s’enfonce, la Fed continue à envisager une hausse de taux. Il faut saisir notre victoire ».

 

Certains membres de la banque centrale craignent qu’un nouveau relèvement des taux ralentisse l’expansion économique aux Etats-Unis. Le Président de la Fed, Jerome Powell a affirmé que les taux étaient désormais proches du “niveau neutre”, permettant à l’économie de progresser sans être ni limitée, ni trop stimulée. Les dernières données en provenance des Etats-Unis laissent perplexes un grand nombre d’investisseurs quant au timing pour relever à nouveau les taux de la première puissance mondiale. Dans ce contexte, je lance un grand appel à la prudence de 19h00 à 22h00 pour ce mercredi. A titre personnel, j’essaierai de ne pas être exposé au dollar américain et aux indices boursiers occidentaux durant ces trois heures. Les projections économiques du FOMC et son communiqué seront dévoilés à 20h00, en même temps que sa décision sur les taux d’intérêt. Le marché table globalement sur une hausse de 25 points de base, poussant le taux directeur de 2,25% à 2,50%. Mais surtout, la conférence de presse de Powell débutera à 20h30 !

DAX30 : Représentation en unité de temps hebdomadaire (Heikin Ashi)

DAX30 : Représentation en unité de temps H1 (Heikin Ashi)

Suivi des scénarios de Trading présentés ces derniers jours

 

Point technique :

D’une semaine à l’autre, la trame baissière présentée en séance pour le DAX30 se valide. Dans les prochains jours, je vais continuer d’appliquer mes règles d’engagement habituelles. Tant que la frontière technique des 11 150 points n’est pas rompue, je vais continuer à investir uniquement à la baisse. A ce stade, la résistance psychologique des 11 000 points tient bon et je ne vois pas ce qui pourrait permettre de casser ces deux niveaux-clés cette semaine. Idéalement, je ne fais rien en matinée. Mes volumes sous les 11 000 points vont rester assez faibles et surtout je vais éviter de travailler entre les 10 600 et 10 500 points car je redoute le test du support fixé sur les 61,8% de Retracement de Fibonacci (10 570 points). A ce jour, il constitue toujours le plus bas niveau testé depuis janvier 2017. Comme ces derniers jours (voir l’historique ci-dessus), je profite surtout des rebonds du DAX30 à court terme pour appliquer ma stratégie en M30, H1 ou H4. En d’autres termes, j’attends que le DAX30 connaisse un regain haussier pour placer mes Retracements de Fibonacci à court terme. Nous avons vu plusieurs fois comment réaliser cette stratégie en séances quotidiennes. Comme toujours, je ne cherche pas à viser les 100,0% de Retracement : je me limite au maximum aux 61,8% voire aux 78,6%. Je vais également éviter de rester en overweek dans les prochaines semaines, tant les actualités sont chargées en cette fin d’année. Si besoin, je ferai quelques mises à jour en vidéo sur Telegram dans les prochains jours. Enfin, je vous rappelle que je ne ferai pas de séance live d’ici début janvier, étant actuellement en vacances.

 

Niveaux techniques en unité de temps hebdomadaire :

  • Résistance 3 : 12 000
  • Résistance 2 : 11 725
  • Résistance 1 : 11 500
  • Frontière technique : 11 150
  • Support 1 : 11 000
  • Support 2 : 10 570
  • Support 3 : 10 440

            

Pour aller plus loin :

 

Dorian Abadie
Directeur Trading FWA

 

Article rédigé le mardi 18 décembre 2018.

 

Disclaimer :

FWA informe les participants que les informations contenues dans cet article ne constituent pas, en aucune manière, une sollicitation ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. Toute utilisation par les participants des informations contenues dans cet article, et à cet égard toute décision que ces lecteurs viendraient à prendre relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente, sont sous la responsabilité exclusive des lecteurs, qui le reconnaissent et l’acceptent préalablement à leur lecture.

Related Posts