Ce site web utilise des cookies pour un meilleur service. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation.

TradingUn indicateur majeur

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 5 et du 8 octobre 2018. Lors des derniers points de marché, j’attirais votre attention sur les chiffres de l’emploi américain qui seront dévoilés à 14h30 aujourd’hui. Comme prévu, j’associe donc un appel à la prudence de 14h00 à 15h30 sur les grands indices boursiers occidentaux et sur le dollar américain. Ces données attireront surtout l’attention des investisseurs cet après-midi, et dans une moindre mesure lundi. Traditionnellement, ils...
11 mois ago160016 min

L’analyse d’aujourd’hui porte sur les séances du 5 et du 8 octobre 2018. Lors des derniers points de marché, j’attirais votre attention sur les chiffres de l’emploi américain qui seront dévoilés à 14h30 aujourd’hui. Comme prévu, j’associe donc un appel à la prudence de 14h00 à 15h30 sur les grands indices boursiers occidentaux et sur le dollar américain. Ces données attireront surtout l’attention des investisseurs cet après-midi, et dans une moindre mesure lundi. Traditionnellement, ils sont en effet assez vite balayés. Aujourd’hui, au-delà des traditionnelles créations d’emplois dans le secteur non-agricole (les fameuses “NFP”) qui seraient jugées comme très positives au-delà de 200 000 (le consensus table sur 185 000), je vous propose de faire le point sur un autre indicateur majeur : la composante des salaires US. Ce chiffre est trop souvent ignoré par les investisseurs néophytes.

 

Les investisseurs chercheront en effet à évaluer l’évolution du salaire horaire moyen aux Etats-Unis. Ce dernier serait en hausse de 0,3% sur un mois et de 2,8% sur un an, selon le consensus. Le dernier résultat mensuel faisait respectivement état de progressions de 0,4% et de 2,8%. Mercredi, l’enquête de l’ISM non manufacturier sur laquelle j’attirais votre attention faisait état d’une forte progression de l’emploi dans le secteur tertiaire américain pour le mois de septembre. L’évolution des salaires sera suivie de près, en plus des NFP, car elle a un véritable impact sur les attentes de prochains relèvements de taux américains. Pour le dire plus trivialement, plus ces données économiques sont bonnes, et plus les attentes sont élevées quant à de futures hausses des taux US. Ces dernières valideraient ainsi que la situation économique s’améliore et que les emprunts n’ont plus besoin d’être aussi accessibles qu’actuellement pour stimuler l’économie.

 

C’est une belle théorie car ces données sont très fortement critiquées et ne reflètent pas du tout l’état réel du front de l’emploi américain. Peu importe, elles sont au centre des attentes des investisseurs. Aussi, de nouvelles anticipations pour de futurs relèvements des taux US impacteraient à court terme les rendements des emprunts. C’est un enjeu majeur et trop méconnu, de mon point de vue. A court terme, c’est la seule statistique qui peut nous faire ponctuellement oublier le dossier italien. De nouvelles informations sont désormais connues, depuis ma précédente analyse. Le gouvernement italien a légèrement abaissé sa prévision de croissance pour 2018 (de 1,5% à 1,2%) mais table sur des projections optimistes (et auxquelles peu d’investisseurs croient) de 1,5% (2019), 1,6% (2020) et 1,4% (2021). Parallèlement, la coalition antisystème maintient son objectif de déficit à 2,4% du PIB pour l’an prochain. Le bras de fer commence à peine : Rôme et Bruxelles devraient attirer l’attention des investisseurs tout au long de ce mois-ci, augmentant le risque politique général. Et ce, avant les élections de mi-mandat en novembre, côté américain.

 

L’Union européenne devrait clairement s’opposer aux projets de budget de l’Italie au travers des négociations qui vont prochainement s’engager. Je vous invite d’ores et déjà à noter la date-clé du 15 octobre qui constitue la limite à laquelle Rôme doit présenter à l’UE les détails de son projet budgétaire. La seconde moitié du mois sera donc dédiée à la formulation des objections de Bruxelles, puis au bras de fer (négociations) au cours du mois de novembre. L’euro et les indices européens resteront donc soumis à ce biais déstabilisateur, en plus de la guerre commerciale (et avant les élections US de mi-mandat donc…), jusqu’à la fin de l’année. La trame restera donc chargée d’ici là et les chiffres de cet après-midi constitueront un petit élément passager pour détourner le regard des investisseurs. Nous aurons notamment l’occasion d’en reparler lundi 8 octobre à partir de 11h45 avec Frédéric Denis, lors de notre prochaine séance commune et à laquelle nous vous invitons.

 

En guise de conclusion, je vous invite le plus possible à vous renseigner (quelques sources sont en bas de page) sur les accusations occidentales contre Moscou. Ces dernières heures, plusieurs pays (Pays-Bas, Royaume-Uni, France, Canada, Australie) ont accusé la Russie d’orchestrer une série de cyberattaques au niveau mondial donc l’une visant l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques. Et ce, sur fond de tensions évidentes entre Washington et Le Kremlin. A nouveau, je vous invite donc à consulter cette interview réalisée par Thinkerview pour creuser cet enjeu majeur et qui pourrait assez vite se retrouver au coeur des préoccupations boursières.

DAX30 : Représentation en unité de temps M30 (Heikin Ashi)

Suivi des scénarios de Trading présentés ces derniers jours

 

Point technique :

Comme présenté en séances ces derniers jours, cette semaine a été très calme pour moi. J’ai très peu traité l’indice allemand qui semblait partir dans tous les sens, sans dégager une tendance claire. J’indiquais hier soir qu’une seule configuration à court terme m’intéressait pour ce vendredi. Car comme chaque dernière séance de la semaine, je ne fais que du Scalping (et surtout pas de Day ou Swing Trading) sur les indices boursiers pour ne pas rester exposé en overweek. Un range compris entre les 38,2% et les 23,6% de Retracement de Fibonacci de moyen terme se forme depuis fin septembre. Si les chiffres de l’emploi US ne nous propulsent pas au-dessus de la frontière technique des 12 310 points, j’en profiterai pour scalper à la baisse l’indice, uniquement sur des amplitudes de 10 points, comme indiqué avec la dernière (et la seule, d’ailleurs) opération sur le DAX30 de mon historique rappelé ci-dessus.

 

Cette opération se situe d’ailleurs sous le range. Par précaution, je préfère continuer de trader comme cela une fois que nous serons revenu au-dessus des 12 180 points et uniquement après la fin de l’appel à la prudence lié aux chiffres de l’emploi US (14h00 / 15h30) pour ne pas me retrouver en orientation Short au sein d’un rebond haussier … Dans tous les cas, j’associerai des volumes assez faibles à ces opérations, par précaution. Et surtout, en ne prenant absolument aucun trade à la baisse, ni aujourd’hui, ni la semaine prochaine, si l’indice revient au-dessus de sa frontière technique. En somme, des règles habituelles d’engagement. Enfin, je chercherai évidemment à sortir totalement de ce marché avant la clôture de Wall Street à 22h00.

 

Niveaux techniques en H4 :

  • Résistance 3 : 12 500
  • Résistance 2 : 12 410
  • Résistance 1 : 12 375
  • Frontière technique : 12 310
  • Support 1 : 12 245
  • Support 2 : 12 175
  • Support 3 : 12 110

 

Pour aller plus loin :

 

Dorian Abadie
Directeur Trading FWA

 

Article rédigé le vendredi 5 octobre 2018.

 

Disclaimer :

FWA informe les participants que les informations contenues dans cet article ne constituent pas, en aucune manière, une sollicitation ou incitation à acheter ou vendre des produits financiers. Toute utilisation par les participants des informations contenues dans cet article, et à cet égard toute décision que ces lecteurs viendraient à prendre relativement à une éventuelle opération d’achat ou de vente, sont sous la responsabilité exclusive des lecteurs, qui le reconnaissent et l’acceptent préalablement à leur lecture.

Related Posts